JL INTERNATIONAL

Écrit par Webmaster du COLLECTIF

JLI : Quand la CFTD et FO ont signé la baisse de la rémunération des conducteurs !

AFFLIGEANT !

La Direction JL INTERNATIONAL ainsi que les syndicats CFDT et FORCE OUVRIERE se sont mis d'accord pour enlever jusqu'à une demi-heure de travail par jour aux conductrices et conducteurs qui font deux vacations et plus ...

Cet accord de 2017 entre ces deux syndicats et la Direction est toujours appliqué en 2021 ... Malgré la présence d'une société de gestion de portefeuiile dans le capital du groupe et les gains de marchés de JL INTERNATIONAL TRANSPORT.

Cliquez sur le lien pour consulter l'accord d'entrepriseJLI - Accord entreprise CFDT et FO

 

2020 : Le combat d'une membre du COLLECTIF DIESE pour faire appliquer les droits du transfert conventionnel chez JL INTERNATIONAL

 

Lien vers l'article de presse  Elle veut sauver son emploi et celui de ses 31 collègues

 

2018 : Arrivée d'une société de gestion de portefeuille dans le capital de JL INTERNATIONAL TRANSPORT

 

MCP 

 

2017 : Partenariat entre UBER et JL INTERNATIONAL

UB

2017 : La Métropole de Lyon critique la qualité de service et le dumping sur les prix de JL INTERNATIONAL et VORTEX

 

Lien vers l'article de presse : Article du mensuel d'investigation LYON CAPITALE

 

LUCKY STAR

Écrit par Webmaster du COLLECTIF

 LUCKY STAR 2021 : Dégradations des conditions de travail sur le Grand Reims

Lien vers l'article en cliquant ci-dessous :

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/grand-reims-les-salaries-de-trema-en-greve-pour-denoncer-la-gestion-de-leur-entreprise-1619545161

 

LUCKY STAR 2018 : Nouveau marché obtenu sur Reims

Lien vers l'article en cliquant ci-dessous :

https://www.lunion.fr/art/97782/article/2018-06-20/reims-le-changement-de-prestataire-pour-le-transport-des-personnes-handicapees

 

LUCKY STAR : La carte de ses implantations et de ses marchés

MAP LUCKY3

 

Transfert contrat de travail

Écrit par Webmaster du COLLECTIF

ACCORD DE BRANCHE

Relatif à la garantie de l'emploi et à la poursuite des relations de travail en cas de changement de prestataire

 

Le présent accord définit le nouveau dispositif de garantie d'emploi et de poursuite des relations de travail en cas de changement de prestataire dans le transport interurbain de voyageurs qui modifie celui mis en place par l'accord du 7 juillet 2009.

Il s'inscrit pleinement dans le cadre du dispositif de transfert automatique défini à l'article L. 3317-1, alinéa 1er du code des transports : « Lorsque survient un changement d'exploitant d'un service ou d'une partie de service de transport public routier de voyageurs, à défaut d'application de l'article L. 1224-1 du code du travail, tous les contrats de travail des salariés affectés exclusivement ou essentiellement au service ou à la partie de service transféré subsistent entre le nouvel employeur et le personnel de l'entreprise dès lors qu'un accord de branche étendu est conclu. » Il se substitue à l'accord du 7 juillet 2009 relatif à la garantie de l'emploi et à la poursuite des relations de travail en cas de changement de prestataire dans le transport interurbain de voyageurs.

Les parties signataires rappellent leur attachement à un tel dispositif qui permet de limiter les effets sur l'emploi d'un changement de prestataire.

Elles attirent également l'attention des autorités organisatrices sur la nécessité de :
– mettre en place un calendrier de passation de marché et de notification permettant de respecter les délais prévus dans le présent accord ;
– incorporer, dans les conventions qu'elles concluent avec les entreprises de transport, des critères sociaux conformément à l'article 12 de la loi n° 2007-1224 du 21 août 2007 sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports terrestres réguliers de voyageurs ;
– prendre en compte l'impact social lié au changement de prestataire.

Il est enfin rappelé que les entreprises, qu'elles soient sortantes ou entrantes, devront respecter la réglementation en vigueur et notamment les articles L. 2312-1 et suivants du code du travail relatif au comité social et économique.

  • En vigueur étendu
     

    Les présentes dispositions s'appliquent aux entreprises de transport routier de voyageurs de toute taille sans qu'il y ait lieu de prévoir des dispositions spécifiques pour les entreprises de moins de 50 salariés, visées à l'article 1er de la convention collective nationale des transports routiers et activités auxiliaires du transport.

    Elles peuvent avoir également vocation à s'appliquer si une des entreprises n'entre pas dans le champ d'application de la convention collective nationale des transports routiers et activités auxiliaires du transport dans le cas d'un accord volontaire des entreprises concernées après information du CSE dans le respect des dispositions du code du travail.

    Les présentes dispositions s'appliquent pour des transports à caractère régulier ou à la demande (TAD), en cas de succession de prestataires, à la suite de la cessation totale ou partielle d'un contrat de droit privé, d'un marché public, d'une délégation de service public ou d'un service librement organisé (SLO), plus généralement appelé « marché » ci-dessous.

    Les présentes dispositions conventionnelles sont également applicables au(x) sous-traitant(s) (hors SLO), notamment :
    – en cas de reprise directe par le titulaire d'un marché (donneur d'ordre) jusque-là sous-traité (annexe n° 2 hypothèse 1) ;
    – en cas de succession de sous-traitants sur un marché, y compris lorsque les titulaires entrant et/ou sortant de ce marché n'entrent pas dans le champ d'application du présent accord (annexe n° 2 hypothèses 2 et 4) ;
    – en cas de transfert d'un marché sous-traité (annexe n° 2 hypothèses 3 et 3 bis).

    En cas de sous-traitance d'un service librement organisé, la garantie d'emploi s'applique :
    – en cas de reprise directe par le donneur d'ordre d'un service jusque-là sous-traité (hypothèse 1) ;
    – en cas de succession de sous-traitant sur un service (hypothèse 2).

    Afin de faciliter la compréhension de l'application de la garantie d'emploi issue du présent accord, les différentes hypothèses envisagées en cas de sous-traitance sont présentées en annexe II sous forme d'un tableau illustré.

    Les dispositions du présent accord s'appliquent sous réserve des dispositions spécifiques prévues à l'annexe III en cas de changement de prestataire suite à l'ouverture à la concurrence des marchés organisés par Île-de-France Mobilités.

     
  •  

    Article 2

    En vigueur étendu

    Dispositif de garantie d'emploi et de poursuite des relations de travail en cas de changement de prestataire

    Lorsque les conditions pour l'application des dispositions de l'article L. 1224-1 du code du travail ne sont pas remplies, les parties prévoient la continuité de l'emploi des salariés affectés au marché concerné dans les conditions stipulées ci-dessous.

    2.1. Détermination des salariés à transférer dans le cadre d'un changement de prestataire

    Les contrats de travail du personnel affecté au marché faisant l'objet de la reprise sont transférés automatiquement au nouveau prestataire lorsque ces salariés remplissent les conditions cumulatives suivantes :
    – être affecté sur le marché depuis au moins 6 mois à la date de fin du marché ;
    – appartenir expressément :
    –– soit à une catégorie de conducteur titulaire du permis de conduire nécessaire à la réalisation du nouveau marché et être affecté au moins à 65 % de son temps de travail contractuel (hors heures supplémentaires et complémentaires) pour le compte de l'entreprise sortante sur le marché concerné.

    Cette condition s'apprécie sur les 6 mois qui précèdent la date de fin du marché.

    En cas de changement de la durée de travail dans les 12 derniers mois précédant la reprise du marché, le taux de 65 % est calculé sur la base de la durée contractuelle moyenne constatée sur la même période ;

    –– soit à une autre catégorie professionnelle (ouvrier, employé ou agent de maîtrise) et être affecté exclusivement au marché concerné.

    Cette condition s'apprécie sur les 6 mois qui précèdent la date de fin du marché.

    Le contrat de travail des salariés répondant à ces conditions est transféré au nouvel attributaire du marché.

    À ce titre, il est rappelé que sont repris notamment : le temps de travail contractuel, le coefficient et l'ancienneté au moment du transfert et la rémunération dans les conditions visées au 2.4 du présent accord.

    Concernant la situation particulière des représentants du personnel, le transfert se fera, sous réserve des éventuelles autorisations administratives dans le respect des dispositions légales et de l'application qui en est faite par la jurisprudence.

    Par ailleurs, l'ancienneté de ces salariés acquise chez l'ancien employeur sera prise en compte pour apprécier le respect des conditions d'éligibilité et d'électorat aux élections des représentants du personnel organisées chez le nouvel employeur.

    2.2. Informations entre entreprises

    Le nouveau titulaire du marché, appelé « entreprise entrante », est tenu de se faire connaître à l'entreprise jusqu'alors titulaire du marché, appelée « entreprise sortante », sous 48 heures (hors dimanches et jours fériés) dès qu'elle a connaissance de l'attribution du marché.

    Pour la bonne mise en œuvre de la garantie d'emploi en cas de sous-traitance, les entreprises « entrantes » et « sortantes » sont tenues de fournir en temps utile toutes les informations nécessaires à leurs sous-traitants.

    L'ancien prestataire est tenu d'établir une liste de tout le personnel affecté au marché repris, en faisant ressortir les salariés remplissant les conditions énumérées à l'article 2.1 du présent accord.

    Cette liste contiendra, pour chaque personne bénéficiant de la garantie d'emploi, le détail de sa situation individuelle, conformément au modèle figurant en annexe. Elle sera communiquée obligatoirement au nouveau prestataire dans les plus brefs délais et au plus tard 60 jours avant le début du marché. Dans le cas où ce délai de 60 jours ne pourrait être respecté, cette communication sera effectuée sous 48 heures (hors dimanches et jours fériés) à compter du moment où l'entreprise sortante sera informée de l'attribution du marché.

    La liste des salariés transférables se détermine à la date de fin de marché, quel que soit le moment auquel a lieu la notification du changement de titulaire du marché. Afin de faciliter la reprise du personnel, une première liste des personnes transférables sera communiquée dans les délais sus visés, à titre indicatif, au nouveau prestataire.

    La liste du personnel sera complétée ultérieurement de la copie des documents suivants :
    – les 12 derniers bulletins de paie ;
    – l'attestation du nombre de jours de congés payés acquis restant à prendre, s'il n'apparaît pas sur les fiches de paie (conformément aux stipulations de l'article 2.7 B), ainsi que les dates prévues des congés payés à prendre ;
    – la dernière attestation de suivi médical ;
    – la copie du contrat de travail et, le cas échéant, de ses avenants ;
    – la copie des titres et diplômes, permis de conduire, FIMO et attestation FCO en sa possession.

    L'ancien prestataire devra fournir tout document complémentaire sur demande du nouveau prestataire permettant de justifier le respect des conditions liées au transfert.

    2.3. Information et accompagnement des salariés et de leurs représentants

    A. Information

    Les salariés affectés au marché transféré et les instances représentatives du personnel de leur entreprise sont préalablement informés des différentes étapes du processus dans le respect, le cas échéant, des dispositions relatives aux attributions du comité social et économique.

    Dès connaissance de l'attribution du marché, l'entreprise entrante et l'entreprise sortante doivent informer sous 48 heures (hors dimanches et jours fériés) par tout moyen leurs instances représentatives du personnel de l'attribution ou de la perte du nouveau marché dès lors que des salariés sont susceptibles d'être transférés en vertu du présent accord. Ce délai de 48 heures (hors dimanches et jours fériés) court à compter de la première présentation, à l'entreprise entrante, de la notification de l'attribution du marché.

    Le personnel concerné sera simultanément informé par écrit du nom du nouveau prestataire et de la date de prise de fonctions.

    Le nouveau prestataire, après réception de la liste des personnels concernés par le transfert, dispose d'un délai de 15 jours (si les délais le permettent) avant le début du marché pour formaliser une information écrite et individuelle aux salariés transférés. Cette information doit préciser la date et le lieu de la première prise de service, et le principe de reprise des droits liés à l'ancienneté, la classification, et les modalités de garantie de la rémunération.

    Dans ce même délai, il communiquera à ses représentants du personnel la liste des salariés transférés.

    B. Accompagnement individuel et collectif des salariés transférés

    Afin de pouvoir accompagner individuellement les salariés concernés tout au long de la procédure de transfert, un référent est désigné au sein de la direction de l'entreprise entrante et de l'entreprise sortante afin d'être les interlocuteurs des salariés pour répondre à l'ensemble des questions posées en la matière.

    Des réunions d'information collectives peuvent également être mises en œuvre.

    Lorsque l'entreprise entrante ou sortante ne dispose pas de représentant des salariés, les salariés peuvent désigner un salarié référent dans le cadre de son temps de travail.

    2.4. Maintien de la rémunération des salariés transférés

    Le salarié bénéficiera :

    1° Du maintien de sa rémunération mensuelle brute de base correspondant à sa durée de travail contractuelle à la date de changement d'employeur,
    et

    2° Du maintien de sa rémunération annuelle brute qui comprend l'ensemble des éléments de rémunération au sens de l'article L. 242-1 du code de la sécurité sociale, à l'exception du 6° du II du même article L. 242-1, versés en application des conventions ou accords mis en cause et de leur contrat de travail lors des 12 mois précédant la date de changement d'employeur. Par dérogation, l'assiette de rémunération qui a servi au calcul de l'indemnité d'activité partielle au titre de périodes entre le 1er mars et le 31 décembre 2020, ou en cas d'état d'urgence sanitaire ultérieur, est prise en compte dans le calcul de la rémunération annuelle brute garantie.

    Le nouvel employeur ne sera pas tenu de maintenir les différents libellés et composantes de la rémunération ni d'en conserver les mêmes modalités de versement, compte tenu de la variété des situations rencontrées dans les entreprises, sous réserve de préserver le niveau de la rémunération définie ci-dessus, et de respecter la réglementation, le cas échéant par la mise en place d'une indemnité différentielle.

    Cette indemnité différentielle est calculée au prorata temporis en cas d'absence non rémunérée par l'employeur.

    Lorsqu'après maintien de la rémunération mensuelle brute visée au 1° du présent article, il est nécessaire de verser une indemnité différentielle afin de garantir le maintien de la rémunération annuelle brute visée au 2°, cette indemnité est versée mensuellement et fait l'objet d'une régularisation annuelle, une régularisation progressive peut être mise en place.

    Le versement de cette indemnité différentielle doit être maintenu au salarié transféré tant qu'une différence de niveau de salaire existe entre la rémunération des 12 derniers mois précédent le transfert et la rémunération annuelle chez le nouvel employeur.

    L'indemnité différentielle fera l'objet d'une ligne distincte sur le bulletin de salaire et sera affectée de la même revalorisation que celle appliquée au taux horaire prévue par la négociation annuelle obligatoire d'entreprise et suivant les mêmes conditions.

    2.5. Statut collectif

    Le salarié bénéficiera du statut collectif du nouvel employeur dès le premier jour du transfert. Ce statut se substituera alors à celui de l'ancien employeur.

    2.6. Droit des salariés en cas d'accord volontaire d'une entreprise

    Dans le cas d'un accord volontaire d'une entreprise au présent accord, le transfert du contrat de travail n'est pas automatique. Le nouveau prestataire propose un avenant au contrat de travail dans lequel il reprendra les éléments suivants attachés au contrat avec l'ancien employeur : le temps de travail contractuel, le coefficient et l'ancienneté au moment du transfert et les éléments de rémunération ainsi qu'exposé au point 2.4 ci-dessus.

    Le personnel concerné dispose d'un délai de 10 jours, si les délais le permettent, pour formaliser son accord sur le projet d'avenant au contrat qui lui a été proposé par le nouveau prestataire.

    En cas de désaccord, il lui appartient de prévenir expressément, dans les meilleurs délais, le nouveau prestataire comme l'ancien prestataire de son refus de transfert, il reste alors salarié de l'ancien prestataire.

    2.7. Autres garanties pour les salariés transférés
    A. Modalités d'octroi des congés payés acquis à la date du transfert

    Le nouvel employeur devra accorder aux salariés la période d'absence correspondant au nombre de jours de congés acquis et déjà indemnisés par l'ancien employeur dans les conditions fixées à l'article 2.7 B « Règlement des salaires et des sommes à paiement différé, y compris les indemnités de congés payés » du présent accord.

    B. Règlement des salaires et des sommes à paiement différé, y compris les indemnités de congés payés

    L'ancien employeur réglera au personnel transféré les salaires dont il est redevable, ainsi que les sommes à périodicité autre que mensuelle, y compris les indemnités de congés payés acquis à la date du transfert et la quote-part de 13e mois. À cet effet, il produira une attestation portant sur les droits acquis à congés payés par son personnel jusqu'au jour du transfert.

    Cette attestation mentionnera :
    – le nombre de jours de congés acquis déjà réglés à la date du transfert et restant à prendre ;
    – le montant de l'indemnité de congés payés correspondante, due et acquittée par l'ancien employeur.

    Il fera connaître ces éléments pour chaque période de référence lorsque les droits acquis concerneront deux périodes de référence.

    L'attestation sera transmise au nouvel employeur et au salarié, le jour où l'ancien employeur remettra son dernier bulletin de paie au salarié.

    Dans le cas particulier d'entreprises adhérentes à une caisse de congés payés, elles organiseront les modalités pratiques, tout en garantissant les droits à congés des salariés.

    2.8. Attestation d'emploi

    L'ancien employeur remettra au personnel concerné une attestation d'emploi détaillant les dates pendant lesquelles il aura été salarié.

     
  • Article 3

    En vigueur étendu

    Mesure spécifique


    Dans un souci de lisibilité, les parties signataires décident de positionner cet accord à la suite de l'accord du 18 avril 2002 dans la convention collective nationale du transport routier et des activités auxiliaires du transport.

     
  • Article 4

    En vigueur étendu

    Durée et entrée en application

    Le présent accord est conclu pour une durée indéterminée.

    Les dispositions du présent accord s'appliquent au transfert des contrats de travail intervenant à compter du 1er jour du mois suivant celui de son extension.

     
  • Article 5

    En vigueur étendu

    Commission de suivi


    Il est institué, dans le cadre de la commission paritaire permanente de négociation et d'interprétation, une commission nationale de suivi du présent accord composée des parties signataires ou adhérentes au présent accord et qui a pour objet de traiter des difficultés d'interprétation des dispositions du présent accord.

     
  • Article 6

    En vigueur étendu

    Dépôt et publicité


    Le présent accord fera l'objet d'un dépôt à la direction générale du travail du ministère du travail, et d'une demande d'extension dans les conditions fixées par les articles L. 2231-6, L. 2261-1, D. 2231-1 et L. 2261-15 du code du travail.

     
    • Annexe 1

      En vigueur étendu

      Annexe 1
      Contenu de la liste détaillant la situation ­individuelle du salarié transféré

      La liste visée à l'article 2.2 du présent accord comprend notamment les éléments suivants :
      – nom ;
      – prénom ;
      – date de naissance ;
      – nationalité ;
      – autorisation de travail pour les salariés hors CE ;
      – adresse ;
      – date d'embauche déterminant l'ancienneté ;
      – date d'affectation sur le marché ;
      – nature de la protection s'il s'agit d'un salarié protégé ;
      – date d'effet de la protection en cours ;
      – coefficient hiérarchique ou classification ;
      – horaire hebdomadaire ;
      – salaire mensuel brut de base ;
      – prime à caractère fixe dans l'entreprise depuis plus de 12 mois ;
      – éléments de rémunération conventionnels fixes ;
      – contrat de travail ;
      – en cas de contrat à durée déterminée le motif du recours ;
      – absences en cours :
      –– motif de l'absence ;
      –– date de début ;
      –– date prévue de reprise d'activité.

 

CDI IME requalifié en 136V et non 137V

Écrit par Webmaster du COLLECTIF

Veuillez remplir le formulaire de contact au sein de l'onglet « CONTACT » de notre site afin que nous puissions vous transmettre la décision de justice se rapportant à la salariée concernée.

NOTA BENE / Ordonnance de référé d'un Conseil de Prud'homme requalifiant une collègue salariée desservant un IME en 136V et non 137V.

CPS et 550 Heures

Écrit par Webmaster du COLLECTIF

Veuillez remplir le formulaire de contact au sein de l'onglet « CONTACT » de notre site afin que nous puissions vous transmettre plusieurs décisions de collègues en la matière.

NOTA BENE / Décisions de Cours d'Appel concernant le paiement minimum des 550 heures par année scolaire quelque soit le nombre de jours.

Coefficients et salaires

Écrit par Webmaster du COLLECTIF

 

IDCC16

 IDENTIFIANT DE NOTRE CONVENTION COLLECTIVE

Capture dcran 97 Copie

 

Pour être encore plus précis, au sein de notre Convention Collective englobant notamment le transport routier de marchandises et autres, nous sommes rattachés à ce qui est appelé, juridiquement parlant :

Le transport routier de voyageurs (TRV)

 

D'ailleurs en consultant nos bulletins de paies, ceci se matérialise par un coefficient de 3 chiffres suivi d'un V. Le V étant associé à VOYAGEURS : Exemples 115V, 136V, 137V et autres.

BP

1 / Les conductrices et conducteurs scolaires (137V) :

Les conductrices et conducteurs scolaires ont un temps de travail généralement faible et une activité discontinue obligatoirement calée sur le calendrier scolaire du Ministère de l'Education Nationale : De fait la durée du travail s'étale sur 36 semaines scolaires intermittentes et non sur une année civile.

Les conductrices et conducteurs scolaires bénéficient de garanties spécifiques qui leurs sont propres, comme par exemples :

- D'un taux horaire propre.

- D'une durée contractuelle qui ne peut pas être inférieure à 550 heures par an, et ce quelque soit le nombre de jours travaillés puisque une année scolaire ne compte pas forcément 180 jours (Voir l'onglet « Jurisprudence - CDI scolaire et 550 heures » sur notre site).

- D'une indemnité de congés payés spécifique. 137V

 

 

 

2 / Les conductrices et conducteurs accompagnateurs de personnes à mobilité réduite (136V) :

Les conductrices et conducteurs accompagnateurs de personnes à mobilité réduite véhiculent exclusivement des personnes atteintes de handicap : En ce sens cette profession ne se limite pas à la seule conduite, il faut également apporter un accompagnement aux usagers véhiculés une fois arrivé sur le lieu de desserve.

136V

 

 

 

 

3 / Les conductrices et conducteurs de voiture particulière (115V) :

Les conductrices et conducteurs de voiture particulière assure la conduite d'un véhicule léger et le transport de la clientèle vers des lieux de travail et autres.

 115V

 

 

 

4/ Grilles de salaires par taux horaires et coefficients actualisés sur l'année 2021 :

 

Personnel ouvrier et employé

TRV Salaires 2021

 

5/ Grilles de salaires par taux et coefficients actualisés sur l'année 2020 :

 

Personnel ouvrier et employé

TRV Salaires 2020
 

6/ Grilles de salaires par taux horaires et coefficients actualisés sur l'année 2019 :

 

Conductrices et conducteurs

Capture dcran Grille 2019

Sédentaires non-conductrices et non-conducteurs

Grille employs


Grille tech